En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 

Bienvenue sur le site de l'association Multi-Medi@ Gignac Lot

 
 

en juin 1996
un cambriolage

lightbulb.png

Des photos
non identifiées

lightbulb.png

 

Déconfinement partiel : afficher la limite des 20 km

- Dans le cadre de la première étape du déconfinement, les déplacements liés à l’activité physique individuelle, à la promenade ou aux besoins des animaux de compagnie sont autorisés dans un rayon maximal de 20 kilomètres autour du domicile. Visualisez facilement cette limite en recherchant une localité ou une adresse, après avoir cliqué sur ce lien.

- COVID-19 Attestation de déplacement dérogatoire : remplissez en ligne votre dérogation

Commerces ambulants sur Gignac : boulanger, boucher, pizzas

Nous vous informons du passage sur la commune :
-du boulanger de Salignac, tous les jours sauf dimanche et lundi :

Télécharger l'information concernant le dépôt de pain en mairie
-du boucher "SARL Labouyssarie", tous les mercredis de 9h à 9h30, sur la place de l’Eglise,
-du camion "PIZZA" tous les vendredis de 16h à 22h, sur la place Saint-Martin

Les 6 dernières nouvelles


Nouveau  Art floral (cours par vidéo)... - le 26/11/2020 15:42 par Multimedia

Artfloralnovembre2020.JPG

Photo Patricia Brécy

Lire la suite

Artfloralnovembre2020.JPG

Photo Patricia Brécy

Fermer


C'est l'une des mesures phares, annoncée par le président de la République Emmanuel Macron  mardi 24 novembre. Les sorties et balades peuvent enfin dépasser le rayon d'un kilomètre autour de son domicile. Dès ce samedi 28 novembre, il sera possible de se promener dans un rayon de 20 kilomètres et cela pendant trois heures. Une attestation sera également nécessaire dans vos déplacements. Alors jusqu’où peut-on aller à partir de Gignac ?
Des idées de balades dans un rayon de 20 km autour de Gignac  
Ceux qui habitent au nord de la commune peuvent aller jusqu’à Brive, ceux qui sont domiciliés au sud de la commune peuvent aller à Sarlat. Collonges-la-Rouge,Turenne, Martel, Creysse, Souillac, Salignac, et Terrasson sont dans le périmètre. Et pourquoi ne pas profiter de cet allègement pour revoir des lieux moins connus ? Par exemple la magnifique église de Saint-Amand de Coly, l’église de Lacassagne ou le très beau village de Saint-Geniès en Périgord Noir ? On peut aussi faire le tour du Lac de Chasteaux, grimper sur la Montagne Pelée, monter à l’ancienne station météo de Grèzes et profiter d’un vaste panorama sur la vallée de la Vézère, marcher à Eyvigues, au Roc près de Souillac, avec son château qui surplombe la Dordogne, grimper sur les hauteurs qui dominent Saint-Sozy, découvrir la couasne de Floirac ou encore rêver sur le Puy d’Issolud en songeant à nos ancêtres Celtes, les Cadurques, les derniers à avoir résisté à César qui "fit couper les mains à tous ceux qui avaient porté les armes et leur laissa la vie sauve." Ceux qui habitent à l'est de la commune, Les Genestes, les Fraux, Teyssilhac, peuvent aller jusqu'à Curemonte ou Carennac. Et pourquoi pas découvrir un site peu connu ?
la chapelle troglodyte Notre Dame du Rocher Sainte-Marie. Dominant la Vallée de la Dordogne et le village de Meyronne, une falaise abrite une grotte où se situe un oratoire "La Vierge de la Roche" ou "Notre Dame du Rocher Sainte Marie". Le sanctuaire occupe le site depuis le Haut Moyen Age. A l’entrée de la Grotte est suspendue une cloche qui permet aux visiteurs de signaler leur présence aux habitants de la Vallée.

cercle20km.jpg

Visualisez facilement cette limite en recherchant une localité ou une adresse, après avoir cliqué sur ce lien. Attention à l'orthographe de certains noms de villages ! Thessillac (et pas Teyssilhac), ou encore : 46600 le sireyjol

Lire la suite

C'est l'une des mesures phares, annoncée par le président de la République Emmanuel Macron  mardi 24 novembre. Les sorties et balades peuvent enfin dépasser le rayon d'un kilomètre autour de son domicile. Dès ce samedi 28 novembre, il sera possible de se promener dans un rayon de 20 kilomètres et cela pendant trois heures. Une attestation sera également nécessaire dans vos déplacements. Alors jusqu’où peut-on aller à partir de Gignac ?
Des idées de balades dans un rayon de 20 km autour de Gignac  
Ceux qui habitent au nord de la commune peuvent aller jusqu’à Brive, ceux qui sont domiciliés au sud de la commune peuvent aller à Sarlat. Collonges-la-Rouge,Turenne, Martel, Creysse, Souillac, Salignac, et Terrasson sont dans le périmètre. Et pourquoi ne pas profiter de cet allègement pour revoir des lieux moins connus ? Par exemple la magnifique église de Saint-Amand de Coly, l’église de Lacassagne ou le très beau village de Saint-Geniès en Périgord Noir ? On peut aussi faire le tour du Lac de Chasteaux, grimper sur la Montagne Pelée, monter à l’ancienne station météo de Grèzes et profiter d’un vaste panorama sur la vallée de la Vézère, marcher à Eyvigues, au Roc près de Souillac, avec son château qui surplombe la Dordogne, grimper sur les hauteurs qui dominent Saint-Sozy, découvrir la couasne de Floirac ou encore rêver sur le Puy d’Issolud en songeant à nos ancêtres Celtes, les Cadurques, les derniers à avoir résisté à César qui "fit couper les mains à tous ceux qui avaient porté les armes et leur laissa la vie sauve." Ceux qui habitent à l'est de la commune, Les Genestes, les Fraux, Teyssilhac, peuvent aller jusqu'à Curemonte ou Carennac. Et pourquoi pas découvrir un site peu connu ?
la chapelle troglodyte Notre Dame du Rocher Sainte-Marie. Dominant la Vallée de la Dordogne et le village de Meyronne, une falaise abrite une grotte où se situe un oratoire "La Vierge de la Roche" ou "Notre Dame du Rocher Sainte Marie". Le sanctuaire occupe le site depuis le Haut Moyen Age. A l’entrée de la Grotte est suspendue une cloche qui permet aux visiteurs de signaler leur présence aux habitants de la Vallée.

cercle20km.jpg

Visualisez facilement cette limite en recherchant une localité ou une adresse, après avoir cliqué sur ce lien. Attention à l'orthographe de certains noms de villages ! Thessillac (et pas Teyssilhac), ou encore : 46600 le sireyjol

Fermer



Dépôt de pain en Mairie - le 16/11/2020 14:55 par Mairie

Télécharger l’information concernant le dépôt de pain en mairie à compter du 24 novembre

A noter également :

Pain long de campagne 1.70€

Pain long blanc 1.60€

Lire la suite

Télécharger l’information concernant le dépôt de pain en mairie à compter du 24 novembre

A noter également :

Pain long de campagne 1.70€

Pain long blanc 1.60€

Fermer


Des "réspounchous" près du moulin - le 14/11/2020 17:47 par multimedia

respounchou 5.JPG

Cette plante a été rendue célèbre par le coureur cycliste Tarnais Laurent Jalabert qui, un jour, a répondu à un journaliste : "Vous croyez que pour terminer un Tour de France, on ne prend que de la vitamine C ... Non ! Je mange aussi des respounchous !"
Il s’agit d’une plante vivace, spontanée en France et en Europe méridionale, à tige grêle, volubile, grimpante, pouvant atteindre 2 à 3 mètres de haut. Ces espèces de lianes poussent comme du liseron, s'entortillent, se vrillent comme des lianes. Seules les jeunes pousses d’une quinzaine de centimètres de long sont consommées, il s’agit de la partie la plus tendre.
Son nom véritable : le tamier commun (Dioscorea communis), qu’on appelle aussi herbe aux femmes battues, sceau de Notre-Dame ou encore grand liseron. Cette plante est commune en Aveyron, dans le Tarn, en Corrèze et dans le Lot. Elle est aussi appelée racine de feu, raisin du diable, taminier ou vigne noire. Dans le sud de la France, elle est couramment désignée par son nom occitan "reponchon" (qui se prononce à Gignac "réspounchou").

repounchou 4.JPG

En ce moment, près du moulin, et sans doute ailleurs dans la commune, surtout sur les talus ou dans les endroits frais, les "réspounchous" sont recouverts de fruits rouges de la taille d’une toute petite cerise. C'est la saison la plus favorable pour les identifier. Ces baies sont toxiques. En revanche, les racines étaient utilisées en cataplasme contre les contusions et les hématomes, ce qui valut à la plante d’être dénommée "herbe aux femmes battues". On lui prête aussi des propriétés diurétiques et purgatives.

respounchou 6.jpg

Au printemps les extrémités des jeunes pousses (10 à 15 cm) sont consommées comme des asperges, en vinaigrette, en omelette et même en quiche. La saveur est très amère. Toutefois si on sait bien les faire cuire, l'amertume disparaît presque : il faut les jeter dans l'eau bouillante dès que la cueillette est terminée. Autrefois, c'était un mets très apprécié et très recherché. Bref, chez nous, "on allait aux respounchous comme on allait aux champignons !

respounchou 1.jpg

respounchou 2.jpg respounchou 3.jpg

Dans le Tarn, le "respounchou" a été inscrit à l’inventaire du patrimoine culinaire au même titre que le cassoulet !

respounchou 7.jpg

Lire la suite

respounchou 5.JPG

Cette plante a été rendue célèbre par le coureur cycliste Tarnais Laurent Jalabert qui, un jour, a répondu à un journaliste : "Vous croyez que pour terminer un Tour de France, on ne prend que de la vitamine C ... Non ! Je mange aussi des respounchous !"
Il s’agit d’une plante vivace, spontanée en France et en Europe méridionale, à tige grêle, volubile, grimpante, pouvant atteindre 2 à 3 mètres de haut. Ces espèces de lianes poussent comme du liseron, s'entortillent, se vrillent comme des lianes. Seules les jeunes pousses d’une quinzaine de centimètres de long sont consommées, il s’agit de la partie la plus tendre.
Son nom véritable : le tamier commun (Dioscorea communis), qu’on appelle aussi herbe aux femmes battues, sceau de Notre-Dame ou encore grand liseron. Cette plante est commune en Aveyron, dans le Tarn, en Corrèze et dans le Lot. Elle est aussi appelée racine de feu, raisin du diable, taminier ou vigne noire. Dans le sud de la France, elle est couramment désignée par son nom occitan "reponchon" (qui se prononce à Gignac "réspounchou").

repounchou 4.JPG

En ce moment, près du moulin, et sans doute ailleurs dans la commune, surtout sur les talus ou dans les endroits frais, les "réspounchous" sont recouverts de fruits rouges de la taille d’une toute petite cerise. C'est la saison la plus favorable pour les identifier. Ces baies sont toxiques. En revanche, les racines étaient utilisées en cataplasme contre les contusions et les hématomes, ce qui valut à la plante d’être dénommée "herbe aux femmes battues". On lui prête aussi des propriétés diurétiques et purgatives.

respounchou 6.jpg

Au printemps les extrémités des jeunes pousses (10 à 15 cm) sont consommées comme des asperges, en vinaigrette, en omelette et même en quiche. La saveur est très amère. Toutefois si on sait bien les faire cuire, l'amertume disparaît presque : il faut les jeter dans l'eau bouillante dès que la cueillette est terminée. Autrefois, c'était un mets très apprécié et très recherché. Bref, chez nous, "on allait aux respounchous comme on allait aux champignons !

respounchou 1.jpg

respounchou 2.jpg respounchou 3.jpg

Dans le Tarn, le "respounchou" a été inscrit à l’inventaire du patrimoine culinaire au même titre que le cassoulet !

respounchou 7.jpg

Fermer