En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
Mentions légales.

La cabane-poulailler d'Ecaussystème

Connaissez-vous l’histoire de la petite cabane en partie détruite, située dans la partie haute du site du festival ?
            

poulailler Pierron.jpg
Dans les années 1950/1960 ce poulailler était encore intact.
C’était une petite bâtisse avec un toit en lauze à deux pans. On voit encore la base du toit sur le mur Sud.
                          

C’était le poulailler d’Edouard Bouyssou, ancien propriétaire du terrain. Après la moisson, Edouard Bouyssou transportait quelques poules sur le « rastolh » (prononcer « rastoul ») pour qu'elles picorent les grains de blé perdus. Le soir elles entraient dans ce poulailler, et « Piron » (sobriquet que l’on donnait à Edouard Bouyssou) allait sur place et fermait les trous pour mettre la volaille à l’abri du renard. Chaque matin, pendant quelques jours, il venait ouvrir ses poules. Il portait des sabots de bois cloutés qui résonnaient sur la route du cimetière. J’entends encore ma grand-mère s’exclamer : « Quò es Piron que vai barrar sas polas ! » (prononcer : Koy Piron ké vail borà chos poulos ! C’est Piron qui va fermer ses poules !). Alors (c’était dans les années 1930/1940) on ne laissait rien perdre, le moindre grain de blé était précieux.
Beaucoup de familles procédaient ainsi. Voici deux autres exemples de poulaillers situés près d’anciens champs, aux Faures et à Sireyjol :

poulailler les Faures.jpg
Cabane-poulailler de Sireyjol
                   

poulailler sireyjol.JPG
Cabane-poulailler des Faures
               

Quelques mots sur les frères Etienne et Edouard Bouyssou et leur sœur Marthe
En 1906 Marthe Bouyssou a rejoint à San Francisco les américains de Gignac, les 4 frères Vayssié du Chazal. Elle avait été émancipée par son père pour pouvoir partir comme dame de compagnie. Son frère Etienne la rejoint deux ans plus tard. Puis c’est au tour d’Edouard de partir en 1919 ou 1920. Ils sont revenus à Gignac en 1930 parce qu’ils n’arrivaient pas à s’intégrer et à apprendre l’anglais. Avec leur pécule ils avaient monté à Gignac un petit hôtel et en 1946 l’un des deux bals de la Saint-Jean s'est déroulé chez eux.

maison Bouyssou1965.jpg
La maison Bouyssou en 1965

 

maison Bouyssou 1996.JPG
Maison Bouyssou avant travaux (1996) avec son toit très pentu en lauze calcaire
(Maison du XVIe siècle située près de la Place San Francisco)
.

benitier.JPG
Une particularité de cette maison : à l’entrée, un bénitier
   

foins.jpg
En 1954, de gauche à droite, deux américaines de San Francisco venues découvrir Gignac : Wise et Gladys Vayssié, Edouard Simon Bouyssou, Léon Vayssié et sur la charrette Pierre Vayssié


Date de création : 27/01/2021 11:10
Catégorie : -

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !