En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
Mentions légales.

Curiosités architecturales

03 imagette.JPG Sculpture de l'église de Saint-Bonnet
Modillon de l'abside (corbeau sculpté)
Le serpent
Péché capital illustré : la luxure

Cliquez sur ce lien

A l'an que ven, que si sem pas mai, que siam pas mins !

bonneannee2.jpg

Offrir ses voeux dans la langue d'ici ? et pourquoi pas ? Cette formule était dite autrefois le 31 décembre à minuit.
Prononciation approchée : òlankévé ! kéchi chèn pà mail (prononcer comme" ail"), ké chiàn pà min !

Voici une autre formule en occitan Bas Limousin/Haut Languedocien :

Bona annada ! Una de mai de passada, que la que apres ’riba sia melhora per vos autres, aquò pòt pas far de mal a degun.
Bonne année ! Une de plus de passée, que celle qui arrive après soit meilleure pour vous autres, ça peut pas faire de mal à personne.
Prononciation approchée :
Bouno'nnàdo ! Uno dé mail dé pochàdo, ké lo kéoprè 'ribo chià méiouro pèr voujaoutré, okò pò pa fà dé màl o dégün

Et soyons fiers de notre accent Gignacois ! N'hésitons pas à prononcer "Année" avec les deux n : "an-née". Ceux du Nord disent "A-né". Chez eux la première syllabe n'est plus nasalisée depuis 4 siècles. Dans le Midi cette désanalisation ne s'est pas produite. Autour de la Pierre des Trois Evêques Périgourdins, Limousins et Quercynois continuent de dire une an-née !


Date de création : 28/12/2020 17:57
Catégorie : -

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !