En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
Mentions légales.

Curiosités architecturales

02 imagette.JPG
Cette statuette est située quelque part sur le territoire communal.
Que voyez-vous ?
Cliquez sur ce lien, puis sur "Réagir à cet article"

Restauration du moulin à vent

Un projet fédérateur

La réhabilitation du moulin de Gignac a régulièrement été évoquée depuis les années 1950, et toujours repoussée. C'est l'Arlésienne locale. Ou plutôt c'était. En effet, depuis que le moulin est devenu propriété communale en 2008, le projet, malgré la crise économique, est devenu, au fil des dernières années, envisageable, tant il tient à coeur à beaucoup de Gignacois et d'amis de Gignac. L'association de préservation du patrimoine local est devenue le fer de lance de cet ambitieux projet lancé en septembre 2015. Très vite les associations locales ont compris l'intérêt pour Gignac de préserver ce témoin du passé agricole de la commune. Et en premier lieu le Comité des fêtes qui a proposé de prendre à sa charge l'arbre moteur et les ailes (coût : 15 000 € HT) et entraîné dans son sillage les autres associations locales qui ont versé plus de 15 000 €. L'association Lo Patrimòni a versé plus de 40 000 € La Fondation du Patrimoine a recueilli en 3 mois plus de 20 000 € versés par une centaine de donateurs. De son côté le Crédit Agricole a octroyé une subvention versée sur le fonds de dotation créé par l'association. Reconnue d'intérêt général par les services fiscaux, l'association délivre un reçu fiscal qui donne droit à une réduction fiscale de l'Impôt sur le Revenu. D'autres familles ont offert soit des dons en espèces soit des dons matériels, verrous, serrures, table, assiettes, couverts, toupine, trépied, marmite en fonte, blutoir, etc, qui permettront de redonner vie au moulin. Plus de 300 donateurs se sont impliqués dans le projet.
Nous avons également fait appel au mécénat d'entreprise :  on relève un don du Crédit Agricole, la pose gratuite des ardoises par l'entreprise Cardoso, la participation à titre gracieux de deux architectes, Jean-Jacques Delpech et Francis Brard, des travaux de maçonnerie de l'entreprise Delpech.
Le Conseil départemental a participé à hauteur de 13  000 €, la mairie a pris en charge les portes et fenêtres, l'électricité et la part de TVA non remboursable (soit 18 334, 71 €). A ces sommes s'ajoute la réserve parlementaire (4 000 €).

Un investissement d'importance
Devis et options retenues

Le 23 mai 2016 le Conseil d'Administration de l'association et les élus ont décidé, à l'unanimité, de retenir les trois options qui se sont ajoutés au devis de base de 68 689 € HT. Pour faciliter la mise en service du moulin et orienter les ailes face au vent avec aisance et pour pouvoir utiliser sans problème pendant de nombreuses décennies l'arbre moteur, l'association a fait poser un chemin de roulement métallique avec galets de roulement sous la sablière (6 750 €  HT) et installer des paliers de roulement en bronze ainsi que des allumelles autour du collier de roulement de tête (2 044 € HT). Cerise sur le gâteau : quand le vent sera trop faible, un motoréducteur permettra de faire tourner les ailes et d'entraîner le mécanisme de meunerie (10 462 € HT). Au dernier moment nouvelle plus-value : nous remplaçons le barreaudage des ailes prévu en châtaignier par du red cedar, beaucoup plus léger et réputé imputrescible (+ 3 000 € HT).

Sécurité

Les règles de sécurité nous ont amenés à d'autres plus-values (mise en sécurité électrique à tous les niveaux, rampes escalier, garde-corps aux deux niveaux, corde de rampe, videosurveillance, panneaux d'information, harnais de sécurité, etc) : près de 10 000 €.

Le 20 juillet 2016, les travaux de maçonnerie sont terminés (en particulier reprise du haut du fût).

0 maconnerie.JPG

En juin 2016 les élèves du Lycée professionnel de Sarlat ont installé fenêtres et portes en bois de châtaignier qu'ils avaient réalisées dans le cadre de leur apprentissage.

15.jpg

16.jpg

Le 9 janvier 2017, la charpente et les divers éléments du mécanisme de meunerie arrivent sur le chantier. La charpente, construite dans un atelier de Fonsorbes, au sud de Toulouse, a été démontée, transportée, puis remontée au sol, au pied du moulin.

01 arrivee camion.jpg

02 charpente moulin.JPG

03.JPG

Le 31 janvier 2017, le couvreur a pris le relais des charpentiers qui ont posé les deux couches de volige :

04.JPG

Les meules en silex meulier transportées par Nicolas Delpech sont nettoyées, rhabillées et recerclées, puis installées au 2e niveau du moulin le 17 février 2017.

05.JPG

06.JPG

07.JPG

08.JPG

09.JPG

Puis le 2 mars 2017 le toit a été hissé sur le fût. Le camion-grue a été utilisé pour mettre en place le même jour  l'axe central des ailes et le gouvernail.

10.JPG

Au cours de la première quinzaine de mars 2017 les barreaux et les cotterets des ailes sont mis en place.

12.JPG

13.JPG

14.JPG

En avril, mise en place des voiles et voilà le moulin prêt à fonctionner. Il sera inauguré le 17 juin 2017, 16 mois après la décision de lui redonner vie.

17.JPG

18.JPG

20.JPG
Le moulin est désormais ouvert aux visites

19bénévoles moulin à vent.JPG
Une partie des bénévoles qui ont conduit ce vaste chantier à son terme

21Ecomusée J.JPG

Et voilà désormais un écomusée consacré au grain et à la farine,
avec l'adjonction d'un four traditionnel et d'un fournil qui sert de salle d'exposition


Date de création : 02/09/2020 13:40
Catégorie : -

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !