En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

Bienvenue sur le site de l'association Multi-Medi@ à Gignac Lot

 
 

Démographie

Le désenclavement de Gignac

Agenda

Agenda des événements CAUVALDOR

Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...

Recherche

Recherche

Les cabanes de chez nous

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
https://www.gignac-en-quercy.fr/data/fr-articles.xml

Problème de terminologie

Depuis quelques années on entend parler de bories, caselles, gariotes et même gariottes pour désigner les petites constructions en pierre sèche ! Or à Gignac nos Anciens n’ont employé qu’un seul mot, un mot occitan, celui de cabana (à prononcer cabano) ou chabana (à prononcer tsabano), selon qu’ils étaient originaires du Lot, de Corrèze ou de Dordogne. Sur le Causse de Martel, ils ne connaissaient ni les caselles, ni les bories, ni les gariotes.
Cette confusion terminologique témoigne de l’acculturation du monde rural par le monde citadin. Nous ne devons pas céder aux pressions venues de l’extérieur et qui cherchent à nous imposer, au nom du tourisme, des appellations exogènes. Laissons les bories, caselles, gariotes, burons et autres aux régions auxquelles ces constructions appartiennent. Il faut certes faire connaître et reconnaître ce petit patrimoine architectural, mais il faut en même temps respecter la terminologie traditionnelle.

murbourg.jpg
Muret dans le bourg de Gignac

Origine et fonctions des cabanes

Au XIXème siècle, en raison d’un accroissement de la population, l’aire cultivée s’est largement développée à Gignac, gagnant les coteaux jusque là restés en friche. Les défrichements et les plantations en vignes ont été considérables, il a fallu épierrer le sol et rassembler sur les pourtours des nouveaux champs ces millions de petites pierres. Tantôt elles ont été rassemblées en un tas informe, ainsi se sont créés les cheyrous, tantôt on a bâti de petits abris, les cabanes, tantôt on a construit des murs plus ou moins larges selon la quantité de cailloux. Ces murets permettaient en même temps de délimiter les parcelles.

Chaque fois que nos Anciens allaient travailler dans les champs, ils emportaient l’ausel (prononcer aojel = l'oiseau), le panier en osier qui servait à transporter les pierres au bout du champ. Ils remplissaient de cailloux ce panier qui ressemblait à un oiseau posé sur les épaules, d'où l'appellation "l'oiseau".

Au moment de la construction de ces cabanes, il n’y avait que des champs cultivés et des vignes. Le paysan rangeait ses outils dans la cabane, se protégeait du vent et du froid au moment du casse-croûte, se mettait à l’abri en cas de pluie. Elles ne sont devenues cabanes de berger qu’après la guerre 1914-1918, quand tous ces lopins de terre ont été abandonnés et que les troupeaux de moutons se sont multipliés.

Les différents types de cabanes

Les cabanes à poules

Certaines cabanes présentaient des particularités étonnantes. Elles étaient utilisées comme poulaillers, aussi avaient-elles parfois des entrées toutes petites et un volume intérieur très limité.


poulailler.jpg
Cabane-poulailler

10.jpg
Ce poulailler a conservé sa porte en bois.
Des trous sont aménagés dans l’épaisseur du mur pour les nids
.

poulaillercanards.jpg
Cabane-poulailler (toujours utilisée en 2004)

Pendant la construction de la ligne de chemin de fer,
ce poulailler de taille inhabituelle avait été loué  par un employé
qui a vécu plusieurs années dans cette cabane (témoignage d’Urbain Jarnolles)

cabane les genestes.JPG
Cabane-poulailler circulaire près des Genestes
   

nids.jpg
Niches-nids    


meurtriere1.jpg
Ouverture pour chasseur


Les cabanes pour les hommes

Les cabanes circulaires

Les cabanes circulaires sont recouvertes d’une toiture conique de lauzes. Harmonieuses et bien équilibrées, elles suscitent l’admiration et témoignent du sens du Beau que possédaient leurs constructeurs. Le plafond est voûté. L’accès est au Sud.
Il en existe cinq sur le territoire communal, quatre de dimensions modestes, et une beaucoup plus spacieuse et qui a dû servir d’habitation.  Cette dernière est reliée au portail d’entrée par une allée bordée de pierres. Elle est dotée de petits aménagements qu’on ne trouve généralement pas dans les cabanes plus primitives.

    02  la lande intérieur.JPG
Voûte à encorbellement

03 leygonie 1 bis.JPG
Cabane circulaire

01 la lande extérieur.JPG
La taille inusitée de cette cabane,
l’allée bordée de pierres qui y conduit,
les murs qui bordent l’accès,
permettent de dire qu’elle a été habitée de façon durable.

    borie leygonie 1.JPG
Cabane circulaire située près de l’ancien chemin Vielfour/Leygonie.
La forme de l’ouverture sur l’extérieur (meurtrière) laisse à penser
qu’elle a été utilisée pour la surveillance d’un troupeau
ou pour la chasse, sans doute également comme poulailler.

Les cabanes insérées dans une muraille ou un cheyrou

C’est le type de cabane le plus fréquent. Il n’y en a pas deux d’identiques.

11.jpg
Cabane située près des Défondres

 (versant Nord du Pech du Moulin)
    
cabanechampagnac.jpg
Cabane adossée à un " cheyrou " (1999)
(restaurée en 2004)

cabanemorand.jpg
Cabane de vigne couverte en tuiles du Quercy


Date de création : 01/08/2020 13:02
Catégorie : Un patrimoine sauvegardé -

Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

  

Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut.   Marcus Tullius Cicero dit "Cicéron" (106-43 avant J-C.)