En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
Mentions légales.

Cynthia et Christopher Denney


7/8 CES GIGNACOIS QUI VIENNENT D'AILLEURS

Nous sommes heureux ici

anglais la bleynie.JPG

"I like France, j’aime les gens, l’alimentation et le pays", déclare d’emblée Christopher Denney en nous recevant dans sa maison remarquablement restaurée de La Blénie. Un problème qui limite les échanges avec ses voisins: la langue. Cynthia Denney comprend un peu la langue de Molière, mais ne la parle pas du tout. Son mari, au début, est allé prendre des cours de français, deux heures par semaine. "Je pensais que ça serait facile", avoue Christopher, découragé, lui qui connaît les mots, mais pas les structures des phrases. "Plus jeune j’aurais appris plus facilement, mais à 72 ans…", regrette cet ancien travailleur sur les plates-formes off shore au Nord de l’Ecosse. "J’ai honte de ne pas mieux parler.  Nous connaissons nos voisins, et c’est tout." C’est la raison pour laquelle on ne voit pas beaucoup Christopher et Cynthia Denney à Gignac. A cause de la langue, ils ne se sentent pas à l’aise.
Une deuxième raison explique leur repli, la restauration de cette immense maison inhabitable achetée en 2003 comme résidence principale. Pendant cinq ans ils ont vécu en camping-car et travaillent d'arrache-pied tous les jours depuis dix ans. Aujourd’hui les extérieurs et le rez-de-chaussée sont terminés, mais actuellement ils transforment en chambres tout le premier étage. "En Angleterre nous avons une très ancienne maison, nous aimons restaurer les vieilles maisons."
"Je suis venu en France pour la première fois en 1955-1956, pour les vacances, se souvient Christopher Denney. J’ai connu ma femme en 1965, et depuis nous sommes venus en vacances en France tous les ans. Nous sommes allés dans beaucoup de régions." Puis ils ont séjourné trois fois au camping de la Paille Basse. "En 2003 on a décidé de vivre notre retraite en France et d’acheter une vieille maison à restaurer. On a cherché dans le Minervois, à Carcassonne, au Pays Basque, près de Sarlat." Cynthia et Christopher Denney ont eu un coup de cœur pour cette ancienne bâtisse de La Blénie. "Quand notre fille est venue pour la première fois et qu’elle a vu la maison, elle a été horrifiée, elle nous a pris pour des fous d’avoir acheté cette ruine. Mais maintenant elle trouve que la maison est belle. C’est vrai que ça a été très difficile de restaurer tous ces bâtiments, mais c’était un choix."
"Ici le silence, c’est fantastique. Le climat nous convient bien parce qu’il y a moins de soleil que sur la Méditerranée. Et les jeunes sont plus respectueux des Anciens qu’en Angleterre. On se sent plus en sécurité ici qu’en Angleterre. " Quand nous prenons congé d’eux et de leurs deux chats Purdy et Smoky grand amateur de souris, Cynthia et Christopher Denney nous lancent "Nous sommes heureux ici ! »


Date de création : 30/07/2020 08:04
Catégorie : -

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !