En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 

Bienvenue sur le site de l'association Multi-Medi@ à Gignac Lot

 
 
 

Jean Joseph Cérou

Jean-Joseph Cérou est né à Gignac le 25 avril 1705.

maison Cerou.JPG
Maison Cérou (maison à deux étages et toit à la Mansard détruite en 1904)

La maison familiale, imposante avec son toit à la Mansard, était située au centre du bourg, près de la halle aux grains. Elle a été utilisée comme maison d’école après la mort du docteur Joseph de Cérou le 31 août 1866, puis détruite en 1904. Sur son emplacement a été construite en 1905-1906 l’école actuelle.
Il est le fils de Jean Cérou, bourgeois de Gignac et Jeanne Chalvet, et le frère aîné de Pierre Cérou, auteur dramatique et précepteur de l'infante Isabelle de Bourbon-Parme.
Il épouse Pétronille de Laval de Fassimbal. Ils ont six enfants : Dominique qui devient le premier maire de Gignac, Joseph, Thérèse, Suzanne, Anne et Marie-Thérèse.
Il fait ses études de médecine à Paris.

Il devient docteur en médecine à Toulouse dans le quartier du Pont-Neuf, puis capitoul de cette même ville jusqu'en 1770. Les privilèges de la noblesse étant attachés au capitoulat, Joseph Cérou devient Joseph de Cérou. Il crée à cette occasion un blason pour sa famille, chargé de sept roues (jeu de mot sur son patronyme).

blason capitoul 2.JPG
Blason de Jean-Joseph Cérou (Musée Dupuy Toulouse)

Malade, il abandonne ses fonctions de capitoul et revient s'installer dans son village natal. Peu après, il obtient la charge de juge de la châtellenie de Gignac en Quercy.
Il meurt à Gignac le 13 octobre 1778 à l'âge de 73 ans. Il sera inhumé dans l'église de Gignac, à sa demande : "Je veux être enterré dans l'église de Gignac et dans les tombeaux de mes ancêtres et que mes honneurs funèbres soient faits tout simplement", a-t-il écrit dans son testament.
Son neveu, Dominique Cérou, sera le premier maire de Gignac en 1790.

Dans le Capitole étaient exposés les portraits de tous les Capitouls depuis le début du capitoulat. Mais en 1793, le 10 août, date symbolique de la mort de la monarchie, on brûle sur la place du Capitole tout ce qui symbolise la Monarchie. Seuls 75 portraits, sur 452, ont échappé au bûcher. Le portrait du Gignacois Jean-Joseph Cérou a été détruit ce jour-là.

Jean-Joseph Cérou dans Wikipedia


Catégorie : Des personnalités liées à Gignac -


Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !