En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

Bienvenue sur le site de l'association Multi-Medi@ à Gignac Lot

 
 

Démographie

Le désenclavement de Gignac

Agenda

Agenda des événements CAUVALDOR

Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...

Recherche

Recherche

Recensement 2013 : analyse des données

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
https://www.gignac-en-quercy.fr/data/fr-articles.xml

RECENSEMENT 2013

Résultats officiels du recensement effectué en février-mars 2013
Plus de Gignacois, mais moins de jeunes et plus de retraités

A partir de ces centaines de données chiffrées voici une analyse de la population Gignacoise telle qu'elle était début 2013.
Les chiffres clefs
Population totale : 658 habitants - 642 (population municipale) + 16 (lycéens, étudiants, militaires, personnes en maisons de retraite) - soit une augmentation de 29 habitants par rapport au recensement de 2006.
Densité : La densité moyenne de la population continue à augmenter, passant à 15,8 hab/km2, alors qu'en 1990 nous n'étions que 12,7 hab/km2  et 15 habitants au km2 en 2006.
Nombre de ménages : 297
Total logements : 444
Résidences principales : 297
Résidences secondaires : 136 (30,7 % des logements)
Logements vacants : 11
Le recensement effectué en février 2013 permet de mieux connaître le Gignac d'aujourd'hui et de suivre l'évolution depuis le recensement de 1999. En 14 ans les changements ont été considérables.
Il y a deux façons de voir les chiffres. La première est positive. De 2006 à 2013 la commune a gagné en moyenne 1,1 % de population par an, un chiffre nettement supérieur à la moyenne départementale et à la moyenne nationale. Autre point positif, la population qualifiée et diplômée s’est accrue considérablement. Autre motif de satisfaction, le rythme de solde migratoire de 1,1 %. Gignac perdrait des habitants sans ce flux migratoire positif, en raison d’un nombre de décès supérieur à celui des naissances, le fameux solde naturel.
Autre point positif : le taux de chômage qui était de 9,1 % en 2006 (dont deux tiers de femmes) était en 2013 de 7,7  % ( 6,6 % en 1999).
Côté négatif ? Pas de surprise : la population est de plus en plus âgée. Deux tranches d’âge sont en nette augmentation entre 2006 et 2013 : les 45-59 ans qui passent de 121 à 154 et les 60-74 qui passent de 93 à 121. Les plus de 65 ans représentaient alors 24,1 % de la population Gignacoise contre 17 % sur l’ensemble de la France.
Quelques changements importants depuis 1999 au niveau de la démographie :
Les moins de 20 ans sont moins nombreux et les plus de 60 ans plus nombreux.
•    Les 0-19 ans représentaient en 1999 24,6 % de la population totale, ils ne représentaient en 2006  que 22,9 % des Gignacois, puis 21,2 % en 2013.
•    Les  plus de 60 ans étaient 31 %  en 1999 et 31,7 % en 2013.


De gros changements au niveau des diplômes et des qualifications

 Scolarisation
On s'aperçoit que l'inégalité hommes/femmes qui apparaissait dès l'âge de 15 ans en 2006 a disparu en 2011. En 2006 tous les garçons de 15 à 17 ans étaient scolarisés, ce n’était pas le cas des filles.
Dans la tranche des 18-24 ans, seulement 33,3 % des filles étaient scolarisées alors que 50 % des garçons l’étaient. En 2013 on assiste à un rééquilibrage : 35,7 % des filles étaient scolarisées, et seulement 37,5 % des garçons. Comment expliquer cette baisse en % du nombre de garçons scolarisés ? Plusieurs hypothèses : Entrée précoce sur le marché du travail ? Un effet des bacs pros qui attirent davantage de jeunes ? Recherche d’études supérieures courtes ?
Diplôme le plus élevé de la population non scolarisée de 15 ans ou +
De gros changements sont intervenus entre 1999 et 2013. En 1999, près de 35 % des Gignacois avaient le Certificat d'Etudes Primaires, ils ne sont plus que 19,6 % en 2006 et 16 % en 2013 (je fais partie de ces 16 %... J'ai passé mon Certificat d'Etudes Primaires en 1956), conséquence d'un triple phénomène : décès des personnes les plus âgées, prolongation des études, arrivée de nouveaux habitants plus diplômés.

En 1999, 19,3 % avaient le bac, un brevet professionnel ou un niveau supérieur au bac, ils étaient 35,9 % en 2006. En 2013 ils étaient 45,1 %.
En 1999, 4,9 % avaient le niveau bac + 2, ils étaient  9,7 % en 2006 et 15,6 % en 2013.
En 1999 4,2 % avaient un niveau supérieur à bac + 2, ils étaient 9,5 % en 2006 et 7,8 % en 2013.

Emploi - Population active
Depuis 1999 le nombre d'actifs a considérablement augmenté : en 1999  il y avait à Gignac 304 actifs, ils étaient 370 en 2006 et 397 en 2013. Le pourcentage d'actifs est aujourd'hui bien plus élevé qu'en 1999, malgré l'augmentation de la population qui est passée de 562 habitants en 1999 à 645 en 2013.
On constate également que seulement 66,3 % des femmes avaient un emploi en 2006, alors que les hommes étaient 76 % à avoir une activité rémunérée. On a assisté à un rééquilibrage en 2013 (hommes 72,6 % et femmes 70,2 %).
 
Revenus et impôts sur le revenu : plus de la moitié des foyers fiscaux ne paient pas d'impôts sur le revenu (Source : DGFIP)
48,6 % des 387 foyers fiscaux étaient imposables en 2013. En d’autres termes plus d’un foyer fiscal sur deux (199) ne payait pas d’impôts sur le revenu cette année-là. Le revenu net déclaré moyen des foyers fiscaux non imposables était de 10 213 €. Le revenu net déclaré moyen des foyers fiscaux imposables était de 33 581 €.

Une population nouvelle
Des indigènes en voie de disparition

Evolution de la taille des ménages
Le phénomène amorcé en 1968 se poursuit : les familles sont de plus en plus réduites. En 1968 il y avait à Gignac, en moyenne, près de 3,5 personnes par logement principal. En 1999, il n'y avait plus que 2,5 personnes par logement principal. En 2008, nous n’étions que 2,1 personnes par logement principal et 2,2 en 2013.
Il s'agit bien sûr d'une moyenne fortement influencée par un autre phénomène, le nombre de personnes de plus de 55 ans vivant seules.

Logement
Le nombre de logements a fortement augmenté de 1999 à 2013, passant de 355 à 444. A noter que seuls 67,7 % des logements sont des résidences principales. De 2001 à 2006 on note une forte arrivée de ménages nouveaux : 90 (sur un total de 272). Ce phénomène s’est poursuivi au cours des années suivantes.
Plus anecdotique : le nombre de voitures qui est passé de 197 en 1999 à 273 en 2013, soit une augmentation de plus de 40 %. On aurait aimé que le questionnaire soit modernisé et s’intéresse par exemple au nombre de téléviseurs installés dans chaque logement, à l’équipement informatique (nombre d’ordinateurs, types d’ordinateurs, tablettes), au nombre de téléphones mobiles. Ce serait au moins aussi intéressant que de savoir le nombre de parkings disponibles…

Les néo-Gignacois
Dernière remarque concernant les nouveaux Gignacois. Il s'agit sans doute de l'évolution la plus frappante, et qui va sans aucun doute marquer profondément la vie locale. De 1999 à 2013 nous avons accueilli 185 nouveaux habitants qui représentent près du tiers de la population totale. Ces néo-Gignacois appartiennent à toutes les tranches d'âge.  Des retraités bien sûr. Mais il s'agit aussi de familles avec enfants.     
51,2 % des ménages Gignacois se sont installés entre 2001 et 2012. C’est sans doute le chiffre le plus surprenant parmi les centaines de données recueillies au cours du recensement de 2013. On apprend également que seuls 25,1 % des ménages se sont installés à Gignac avant 1980. Les indigènes sont de plus en plus rares. Les Gignacois nés à Gignac, dont le domicile principal est à Gignac et dont les ancêtres étaient Gignacois sont une espèce en voie de disparition ! Nous ne sommes plus que quelques dizaines. L’auteur de ces lignes fait partie de cette espèce en voie de disparition.
 
Gignac a toujours été une terre d'accueil, y compris pour des familles originaires d'autres pays, Grande Bretagne, Belgique, Allemagne, Espagne, Portugal, Italie, Serbie. Deux exemples : la famille Guglielmone venue d'Italie au moment de la construction de la ligne de chemin de fer et dont l'un des siens est Mort pour la France pendant la guerre 1914-1918, et la famille Pozveck dont l'ancêtre est originaire de Serbie.

CES GIGNACOIS QUI VIENNENT D'AILLEURS

Pour faire connaissance avec des Gignacois originaires d’autres pays européens, huit articles leur ont été consacrés, en 2014. On pourra retrouver ces reportages en cliquant sur les liens suivants :

1/8 : Marius Guglielmone  "Mort pour la France"

2/8 : Tineke et Louis Bouwman "J'ai entendu l'herbe pousser"

3/8 : Anne Vaes "On n'entend rien ici, même pas les cambrioleurs"

4/8 : Niko et Karine Hiep "On se sent Européens"

5/8 : Veronica Jorink et Robert Verbeek, Debbie De Kok et Théo Verbeek "Nous étions venus pour l'immobilier"

6/8 : Cathren et Peter Lewis-Jones "Il faut se souvenir de tous les combattants"

7/8 : Cynthia et Christopher Denney "Nous sommes heureux ici"

8/8 : Frank Pozveck "Il n'y a pas plus Gignacois qu'eux"

Analyse et reportages : Robert Vayssié


Date de création : 23/07/2020 14:52
Catégorie : Démographie -

Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

  

Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut.   Marcus Tullius Cicero dit "Cicéron" (106-43 avant J-C.)