En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
Mentions légales.

Curiosités architecturales

02 imagette.JPG Sculpture de l'église de Saint-Bonnet
Modillon de l'abside (corbeau sculpté)
Un homme qui tombe la tête la première
Cliquez sur ce lien

Nouvelles

La lecture des archives nous apprend que Gignac a connu dans le passé des catastrophes climatiques, en particulier des périodes de très grande sècheresse.

Ainsi, du 2 juin 1604 au 8 septembre 1604, Gignac a connu une période sans pluie. Les arbres séchaient et les fontaines se tarissaient.

Nouvelle sècheresse de 1785 à 1787.

Plus près de nous, en 1884 : "Vu que la sécheresse a déjà tari plusieurs de nos sources communales, lacs, puits, fontaines, etc., et qu’elle peut, si elle persiste, tarir les autres à bref délai, arrête :
- les habitants de la commune de Gignac sont autorisés à prendre aux sources communales seulement l’eau nécessaire pour la boisson des individus et des animaux et aussi pour les autres besoins des ménages.

- Défense expresse est faite à tous les industriels et entrepreneurs de chemin de fer de s’approvisionner à ces mêmes sources pour alimenter leurs machines à vapeur." (Arrêté municipal du 26 août 1884)

Les plus anciens d'entre nous se souviennent de l'été 1962 (très forte sècheresse) et de la canicule de 1976. Ces périodes de forte canicule ont tendance à se reproduire plus souvent qu'autrefois (en 2003 : à Gignac 60 jours à plus de 30°C, 6 jours en mai, 17 jours en juin, 14 jours en juillet, 23 jours en août et deux en septembre).

Lire la suite