En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
Mentions légales.

Modillons de l'église de Saint-Bonnet

Iconographie romane

17 modillons.JPG


18 modillons.JPG


16 modillons.JPG


19 modillons.JPG


20 modillons.JPG

                     

Ces représentations entendent constituer un moyen d'enseignement des populations. Elles sont produites par les commanditaires dans une logique didactique reposant sur l'image du Mal. Le maintien de l'ordre passe ici par l'image de ce qu'il ne faut pas faire. L'artiste roman inscrit dans la pierre, avec plus ou moins de talent, la faute et sa dénonciation.
Les interprétations de ces sculptures sont toujours délicates. Il s'agissait à l'époque médiévale d'aider les chrétiens à combattre leurs démons intérieurs, de rappeler à la population que tous les humains sont des pécheurs, que tous ont de mauvaises pensées, des activités répréhensibles, que le Mal est partout autour d'eux, que l'Enfer les attend et que la voie vers le Paradis passe par l’Église.
L'interprétation du sens symbolique dans le détail est naturellement sujette à caution. Il n'est pas aisé d'interpréter la vision du monde qu'avaient le clergé et la population laïque aux 12e siècle-13e siècle avec les yeux et la culture des observateurs du 21e siècle, le risque pour nous est de voir trop ou trop peu. Toutefois certaines grandes lignes semblent assez claires.
Ces modillons figurés de l'église de Saint-Bonnet évoquent en particulier les Péchés Capitaux et le Mal.

Les modillons illustrent certains des sept péchés capitaux :

  • l'orgueil : l'attribution à ses propres mérites de qualités qui sont des dons de Dieu ; 
  • l'avarice : l'accumulation des richesses recherchées pour elles-mêmes ;
  • l'envie : la volonté de s'approprier des possessions d'autrui ;
  • la colère: l'excès en paroles ou en actes : insultes, violences, meurtre ; 
  • la luxure : le plaisir sexuel recherché pour lui-même et non pour la procréation ; 
  • la gloutonnerie : souvent nommée à tort gourmandise, car c'est de démesure et d'aveuglement qu'il s'agit ;
  • la paresse spirituelle : l'éloignement de la prière, de la pénitence et de la lecture spirituelle.


Dernière interrogation : pourquoi certains corbeaux sont vides de toute représentation ? Les sculptures ont-elles été arasées à une époque indéterminée ?

                       

Pour avoir des infos sur chacun des modillons (fin XIIe s), cliquer sur l'image :
    

02 imagette.JPG 03 imagette.JPG 01 imagette.JPG
04 imagette.JPG 05 imagette.JPG 06 imagette.JPG
07 imagette.JPG 08 imagette.JPG 09 imagette.JPG
10 imagette.JPG 11 imagette.JPG 12 imagette.JPG
13 imagette.JPG 14 imagette.JPG 15 imagette.JPG


Date de création : 23/02/2021 11:54
Catégorie : -

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !